Visiteurs

depuis le 27 février 2009
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4
mod_vvisit_counterHier63
mod_vvisit_counterCette Semaine532
mod_vvisit_counterCe mois1491
mod_vvisit_counterTotal1090841

Qui est en Ligne ?

Nous avons 6 invités en ligne

Sondage

Quel thème préférez vous ?

 
Inspiration



   Au cours d’un voyage à New York, il y a quelques années, j’ai retrouvé un ami que j’avais perdu de vue depuis quelques temps. Sans jamais m’en parler il s’était mis à la peinture à l’huile. Lorsque j’ai découvert ses toiles, je suis resté muet d’admiration. A partir de ce moment, je me suis promis moi aussi de m’exprimer par ce biais. La passion était née.

   Depuis cette époque, je suis devenu un « peintre du dimanche ». Amateur, autodidacte, et surtout libre de toutes contraintes, je peins mes joies, mes peines, mes états d’âme .  Je peins des couleurs, j’aime les couleurs chaudes, les formes, les gens, les humbles… J’ai pour devise une règle d’or : les trois P : Pratique, Persévérance, et Patience.

  J’essaye de « toucher » à tous les styles, peut-être qu’un jour, je me déciderai pour un seul, en attendant je continue ma quête.

  J’ai une nette préférence pour les impressionnistes, et, en particulier, celui que je considère comme le plus représentatif de ce mouvement : Claude Monet.

  Grâce à la Peinture, j’ai trouvé un bien-être, un formidable moyen d’évasion ce qui me permet de faire face aux nombreuses difficultés de la vie.

  Je remercie tous mes proches pour leur soutien et encouragement, et je rends un hommage particulier à mon ami Jacques, car sans lui cette belle aventure n’aurait peut-être pas vu le jour. 

                                                                                                                                   Jean-Marc Pauliat    


« La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. »
                                                                                                                                   
Léonard de Vinci.